Lobi Traore

Bourama Traore, surnommé Lobi, est né au Mali, dans la région de Ségou, au nord de Bamako vers 1962. Son père, cultivateur, n’apprécie pas la passion de Lobi pour la musique mais, très vite, adolescent, il commence à jouer des percussions (maracas, timbales…) dans des groupes locaux. Il se fait enrôler ensuite par le groupe Appolo d’Ousmane Kouyaté, avant qu’un autre chef Lassana Kouyaté ne l’embarque avec ses musiciens à Bamako et lui offre sa première guitare à crédit (retenues mensuelles sur salaire…), il dormira avec plusieurs mois, au Mali on a rien sans peine….

Après un passage dans le Djata band de Zani Diabaté, il commence une carrière en solo dans le début des années 80 et prend son envol sur les traces de son ainé et compatriote Ali Farka Touré. Lobi déclare écouter Ali Farka, Salif Keïta, Mory Kanté, John Lee Hooker, Ry Cooder, du Jazz, du Reggae et du Rock. Ses mélodies sont proches de la tradition Bambara mais, interprétées avec ce mélange contradictoire de mélancolie et d’énergie qui baigne la musique de Lobi, elles nous aident à comprendre comment le blues est né à partir des traditions musicales d’Afrique de l’ouest.

L’instrumentation est très variée puisque la guitare électrique se mêle aux instruments traditionnels comme la kora, le djembé, la calebasse et le n’goni. Lobi a aussi beaucoup utilisé sur scène et sur disque l’harmonica de Vincent Bucher.

Lobi Traore est un homme de petite taille, trapu comme un lutteur Bambara, souriant, un béret éternellement vissé sur la tête. Il joue dans les bars de Bamako et dans des lieux plus décalés, autour de la ville, pour initiés. Son univers, c’est la paix et l’harmonie et tous les textes de ses chansons n’abordent que des thèmes positifs autour de l’entente et du bonheur.

La musique lui a beaucoup apporté : une réelle reconnaissance dans son pays, et une certaine aisance sociale qui lui a permis d’acheter un matériel de sono, une mobylette et de pouvoir assurer le quotidien.

Lobi a tourné à travers le monde : En Afrique, bien sûr, mais aussi en Europe, au Canada et aux Etats-Unis,

Lobi a, jusqu’ici enregistré 4 albums : « Bambara blues » en 1991, « Bamako » en 1994, « Ségou » en 1996 et « Duga » en 1998. Son second album Bamako a été Disque de l’année 94 pour « Le Monde » et Libération »

Discographie
Les derniers messages du forum

projet de festival à capbreton(40) | claire de systeme D | 17 mars 2006

Merci pour mali blue | 8 janvier 2006

yesman ! ! | 15 octobre 2004