Rab McCullough

Le blues souffle sur la lande ! Fin 60 le British Blues Boom déferle sur l’Angleterre. Rab, guitariste déjà prolixe ouvre pour Jimi Hendrix et sillonne l’Irlande avec une section rythmique qui deviendra légendaire lorsqu’elle rejoindra Rory Gallagher.

Mais de 1971 à 1975, l’Irlandais rageur sera absent de la scène bien malgré lui. À Belfast, les arrestations, la violence et la mort font partie du quotidien et l’humidité des geôles d’Irlande du Nord forgera lentement le blues meurtri de Rab McCullough.

La rage est parfois un des moteurs de l’espoir. Après les années noires, l’Irlandais tapageur, voix blessée, guitare écorchée, remonte doucement le courant. Il engage deux catholiques et deux protestants dans son nouveau backing band et parvient à réunir les communautés divisées dans ses concerts. Malgré tout, l’Irlande s’enlise dans son conflit et le guitariste peine à maintenir le cap.

— - De l’obscurité à la lumière ---

En 2000 Memphis accueille Rab McCullough avec ferveur et il rentre à Belfast après avoir remporté l’International Blues Challenge. Peu après, Pete Brown, le parolier des Cream, qui travaille sur un album concept réunissant les stars du British Blues entend citer son nom et se remémore ce jeune Irlandais au fort caractère et au jeu de guitare trempé dans l’acier qu’il a croisé il y a longtemps. Il invite le Belfast boy a participer à 5 titres du projet aux cotés de Jack Bruce, John Mayall, Peter Green et Mick Taylor. Le disque est rapidement nominé aux W.C Handy Award en 2002.

Discographie
Les derniers messages du forum

a quand le prochain | selakjf | 20 février 2005

Un seul disque Rab ? | Christian | 27 novembre 2004

album fabuleux | selakjf | 3 mai 2004
Ca c’est sur | 29 septembre 2004
ok rab | gobois | 28 octobre 2005