Amor

S’affichant ostensiblement comme l’archétype d’un trio de rock basé autour de l’éternel triangle basse/batterie/guitare (agrémenté désormais d’un guitariste additionnel), Amor est en fait un groupe pour qui les compositions ont autant d¹importance que la façon dont elles sont jouées. Jon Amor, le leader et le compositeur du groupe, apporte bien plus qu’une simple brillance instrumentale à leur statut. Ainsi, un titre comme "Any Day Now", avec son groove funk-rock subtil, est dans sa structure une chanson pop de la vieille école avec son incontournable opposition couplet / refrain au milieu d’une construction en huit mesures qui vient se confronter à un format sur lequel se greffent des solos de guitare. Pourtant, à plus d’un titre lyrique et sonique, cette composition est à 100 % en phase avec notre époque.

Bien évidemment, si votre truc c’est le riff, alors vous constaterez qu’Amor n’a pas peur d’offrir à votre écoute quelques titres bien envoyés, tirés du répertoire du groupe. Prenez par exemple "Lowdown", encore une superbe composition arrangée avec soin et qui déménage avec une âpreté et un venin qui sont un pur plaisir, tout en mettant en avant le chant de Jon Amor, aussi intense que son solo de guitare est acéré. Et ne perdons pas de vue le fait qu’Amor est avant tout un groupe : les contributions du bassiste Matt Beable et du batteur Wayne Proctor sont les pierres angulaires de l’édifice Amor, fournissant une somptueuse fondation musicale aux compositions de Jon Amor. D’ailleurs, en ce qui concerne de telles vérités "rock’n’rolliennes" éculées pour ce qui concerne un groupe musical, Amor n’a que peu de pairs : on retrouve là une empathie et une compréhension instinctive qui s¹ancrent fermement dans la tradition de quelques groupes britanniques intemporels tels que les Pirates, Led Zeppelin et même, si on voulait être audacieux, Elvis Costello & The Attractions. Cependant, "Even That" n’est en aucune manière un album rétro. C’est au contraire un projet puissamment contemporain qui va de l’avant et qui doit autant à Beck Hansen que Jeff Beck.

Discographie
Les derniers messages du forum

Epoustouflant et créatif | JLD | 26 septembre 2005

Un groupe qui dégage une énergie d’enfer | Bluesymood | 15 janvier 2005