Fille d’Eric Bibb, petite-fille de Leon Bibb, Yana Bibb a choisi le jazz pour prolonger une histoire familiale magistralement conduite par ses aînés.

Une telle descendance, la concurrence d’une discipline déjà très concurrentielle, notamment chez les chanteuses : le défi et l’attente seront forcément grands lors de la sortie de ce premier disque. Pas de quoi inquiéter pourtant une jeune femme totalement dans son élément, dont on saisit dès les premières notes, le naturel, la maîtrise d’un art apprivoisé,dompté avec grâce et une prestance à chaque instant lumineuse.

Sur des standards, « Save Your Love For Me », « You Don’t Know What Love Is », comme sur des thèmes délicatement ciselés par ses propres soins, Yana Bibb affirme une personnalité délicieuse, un timbre féminin gracieux, une musicalité qui s’instille entre les notes, et se démarque immédiatement des affèteries et stigmates de « la chanteuse de jazz ».

Dès que le swing le demande, le chant de Miss Bibb s’en accommode, lorsque le climat devient plus intimiste, il se teinte de nuances toujours dans une égale justesse de ton et d’intentions. Sur les plages les plus acoustiques, parfois drapée dans des cordes - le magnifique « Need You » -, ou accompagnée par la guitare de son père Eric Bibb (« Oceans »), la « présence » de son grand-père Leon Bibb (« Send Love »), la voix devient plus proche encore, touchante de simplicité et de sincérité.

Jazz, soul, folk, blues : dans tous ces registres, Yana Bibb séduit sans rien imposer d’autre que sa présence, tout au long d’un album magnifique. Une vraie belle découverte.

Le nom des Bibb est entre de belles mains.

Discographie