Buzztown est né en 2007 sous le signé de l’éclectisme. C’est en effet l’un des points forts de ce groupe français (originaire de la Seine et Marne et de l’Yonne) qui progresse à vue d’oeil et qui marie avec le plus grand bonheur (et souvent avec un clin d’oeil à Robben Ford) le blues au jazz, la soul au boogie et le rock à la funk.

Buzztown, c’est au départ un trio, le projet de trois potes qui ont envie de se démarquer de la scène bluesen explorant tous les territoires musicaux qui possèdent une frontière commune avec le blues. Le groupe se compose alors de Hugues Renault (guitare), Benjamin Jouet (batterie) et Anthony Billaud à la basse :

• Hugues a commencé la guitare en autodidacte à 15 ans avec Jimi Hendrix, Pink Floyd et Led Zeppelin avant de prendre des cours à la M.A.I. (Music Academy International) de Nancy et de découvrir le jazz et la musique latinoaméricaine. Dès lors, il joue dans diverses formations de Blues, Rock, Jazz, Funk et Bossa-Nova, notamment avec Benjamin Jouet.

• Benjamin est issu, quant à lui, d’une famille de musiciens et obtient le 1er prix supérieur au concours Sonor en 1993. Il enseigne depuis la batterie avec brio dans différentes écoles de Seine et Marne et jouit d’une sérieuse réputation dans cette région. Lors de ces nombreuses collaborations avec divers groupes, Benjamin rencontre Anthony Billaud en 2002 au CMDL (Centre des Musiques Didier Lockwood), école de Jazz et de Musiques Actuelles à Dammarie-les-Lys.

• Anthony, lui, est fils d’un bassiste gaucher et a commencé (lui aussi) en autodidacte en écoutant la radio. Il s’intéresse ensuite au Jazz, puis s’installe en Seine et Marne pour poursuivre ses études au CMDL, où il rencontre, bien évidemment, Benjamin Jouet. Anthony se rend également à Fès, au Maroc, pour étudier la musique Soufie. Après quelques années à se faire les dents et la main sur un répertoire de reprises, le groupe décide de passer à la vitesse supérieure et, sur la base des nombreuses influences glanées au cours des parcours personnels de ses membres, compose les titres de son premier album « Hit the road and play the blues » qui paraitra en 2010 et que la presse blues va accueillir avec chaleur.

Après ce départ scénique et discographique en Power trio, Buzztown s’agrandit en 2011 avec l’arrivée de Mike Chailloux qui va poser désormais sa voix chaude et rocailleuse sur la musique de Buzztown et qui libère Hugues qui peut se concentrer à 110% sur sa Telecaster. Voici donc maintenant leur nouvel opus « Wherever you hide ». On y retrouve toujours les goûts et les influences de nos compères et les compositions et les atmosphères varient de façon très intéressante d’un titre à l’autre. Mais surtout on sent une cohésion parfaite et le bonheur intense qu’ils ressentent à jouer leur musique. Cet enthousiasme doit être communicatif puisque les amis sont venus s’inviter à la fête. Citons rapidement Vincent Bucher et son harmonica, David Carion dont le travail à l’orgue Hammond est remarquable, Emilie Hédou qui prête sa voix au groupe et, enfin, toute l’équipe des cuivres : Dominique Marc (sax), Valentin Pellet (trompette) et Mathieu Dufourq (trombone).

Discographie