Mason Casey

Né le 22 septembre 1958, j’ai grandi dans la partie nord de l’Etat de New York. J’ai d’abord travaillé dans l’entretien des arbres puis j’ai été maçon durant 20 ans. Sans jamais arrêter, dans le même temps, d’étudier et de m’entraîner à jouer le blues.

J’ai eu mon premier harmonica pour mon dix-huitième anniversaire. Puis un de mes amis m’a donné l’album " Hard Again " de Muddy Waters et j’ai vraiment été accroché par la sonorité funky de l’harmonica électrifié. Plus tard, j’ai vu J.Geils en concert et j’ai tout de suite su que c’était le genre de blues rock que je voulais jouer. Dans le même temps, je n’arrêtais pas de répéter.

J’ai entendu parler du bar de Dan Lynch à New York City et j’y ai découvert Bill Dicey jouant un blues électrique avec passion et une sonorité unique. Il est devenu mon mentor et mon ami. Il me laissait s’installer à ses côtés et c’était vraiment génial car ce type était vraiment ce qui se faisait de mieux dans le genre. Durant 15 ans, je suis allé là faire le bœuf tous les dimanches afin de parfaire mon éducation " bluesienne ".

À l’âge de 35 ans, j’ai décidé de quitter ma ville et d’essayer de vivre à plein temps de la musique. Ce fut très dur durant la première année, et j’ai même été SDF durant quatre mois. Je dormais alors dans ma voiture ou chez des amis. C’était vraiment dingue ! Au bout d’un moment, j’ai eu un logement et j’ai commencé à gagner ma vie, essayant de jouer autant de concerts que possible. J’ai aussi commencé à connaître de plus en plus de musiciens à New York City et à obtenir des engagements pour jouer quelques concerts au Finnian’s Rainbow de Dan Lynch ainsi qu’au Manny’s Car Wash.

J’ai rencontré Popa Chubby chez Manny’s, et il m’a vu jouer la première fois chez Finnian’s. Il a aimé ma façon de jouer de l’harmonica et ma façon d’être sur scène. Puis il m’a laissé jouer à ses côtés et j’ai fini par lui demander s’il voulait produire une maquette. Il a accepté puis il a présenté le produit à Philippe Langlois de chez Dixiefrog. Puis il m’a dit : " faisons un album " et c’est ainsi qu’est sorti en 2000 le disque " Reefer Smokin’ Man ".

Le nouvel album à paraître prochainement sur Dixiefrog est intitulé " Soul On Fire ". Popa Chubby et moi avons passé des heures, enfermés à travailler sur les titres de l’album et grâce à lui (qui m’a beaucoup aidé, ainsi que Zach et ses interventions de guitare enflammées), je viens de réaliser le plus beau de mes projets à ce jour !

Je joue aussi sur " It’s Harder Now ", le dernier album de la légende soul Wilson Pickett paru chez Rounder Records. Ce fut un honneur pour moi d’être invité par lui à jouer. L’album a gagné trois Handy Awards. Je joue aussi sur " Adlib ", le dernier album de Don Covay paru chez Cannonball. Sans oublier ma participation à un album en hommage à Van Morrison à paraître très prochainement ou encore mon apparition sur " Low Rider ", une chanson figurant dans " Flashed Back ", le dernier album de Popa Chubby.

Je joue autant que possible à New York City et je ne manque jamais l’occasion de faire des sessions d’enregistrement quand on me sollicite. J’ai peut-être commencé sur le tard, puisque mon premier album est paru alors que j’avais déjà 40 ans, mais je suis encore jeune dans l’univers du blues ! Et j’ai bien l’intention de continuer à jouer du blues rock funky jusqu’à ma mort !

Mason.

Discographie
Les derniers messages du forum

SUPER BLUES | selakjf | 3 mai 2004
je confirme | MadMarc | 15 juillet 2004
rxtra | didier | 1er mars 2006