Lightin’ Guy est un jeune bluesman belge qui est en train de se faire un nom dans le Benelux. Il donne près de cent concerts par an depuis quelques années en Hollande et en Belgique et a été programmé dans les principaux festivals tels que le légendaire Blues Peer ou le Gouvy & Blues Festival. Ses shows sont basés sur l’énergie et une communication exceptionnelle avec le public.

Il revisite ici, en scène, le répertoire de l’un de ses héros : Hound Dog Taylor, qui, avec Brewer Philips à la guitare rythmique (en lieu et place d’un bassiste) et Ted Harvey à la batterie, forma le "house rockin’ blues band" à la fois le plus profond et le plus rudimentaire que Chicago ait jamais produit de la fin des années 50 au milieu des années 70.

Lightnin’ Guy (Guy Verlinde) est né le 22 mars 1976 et a grandi à Aartrijke, un village situé à proximité de Bruges. Dès son plus jeune âge, il est atteint par le virus de la musique : il fabrique lui-même ses guitares, il joue au DJ dans sa chambre à coucher en réalisant ses propres mixages, il chante à la chorale paroissiale, il participe à des concours de play-back, il rejoint la fanfare locale, ... Mais tout commençe vraiment lorsqu’il achète sa première guitare et son premier harmonica à l’âge de 16 ans. C’est à cette époque qu’il découvre également le blues au travers de la collection de vinyls appartenant au père d’un ami Brugeois. Peu après, il fonde son premier band « Smokin’ Chillums ». Ses prestations énergiques lui vaudront le surnom de « Lightnin’ Guy ».

Chaque artiste a besoin d’un maître, un guide, un mentor... Une fois installé à Gand, Lightnin’ Guy fait la connaissance de Marino Noppe, le guitariste slide du légendaire Maxwell Street bluesband. Il passe un nombre incalculable d’heures chez Marino à écouter ses vieux vinyls et ses innombrables anecdotes au sujet du blues. C’est en tant que guitariste du band « Maxwell Street » que Lightnin’ Guy apprend tout de la vie « on the road ». Il part en tournée avec le band de Marino aux Etats-Unis et en Europe, tournées internationales qui lui permettent d’accompagner de prestigieux noms tels Hash Brown, Johnny Moeller et Roscoe Chenier, légende vivante du blues de Louisiane.

La guitare slide exerce un gros pouvoir d’attraction sur Guy Verlinde dès le début de sa carrière. Après avoir été littéralement envoûté par Hound Dog Taylor, il comprend que la slide est, pour lui, « la » voie à suivre. Tel une éponge, il absorbe l’âme et la musique de guitaristes slide traditionnels tels que Fred McDowell, Bukka White, Elmore James, ... et trouve également une source d’inspiration auprès de musiciens contemporains tels que John Mooney, Anders Osborne, Sonny Landreth, Chris Whitley, Ben Harper, John Butler, ...

Le jeu de Lightnin’ Guy, tant à la slide qu’à l’harmo, est unique, authentique et bourré d’émotion. « Energie » est le mot-clé qui caractérise les shows de Lightnin’ Guy qui se donne à fond à son public qui, à son tour et sous le charme, développe une sympathie débordante et communicative pour l’artiste. Sa slide et son harmo, joués dans la tradition de Chicago ou des marais de Louisiane, lui permettent à chaque fois de faire danser et chanter son public sur ses riffs précis et francs. Lightnin’ Guy est un animateur hors pair. Où qu’il se trouve et quel que soit son public, dès qu’il pose les pieds sur la scène, il ne faut jamais attendre longtemps avant qu’une véritable fête s’installe, rythmée par une succession efficace de moments calmes et d’euphorie.

Discographie