« …Distance évoque à la fois l’éloignement qui sépare et le trajet qui rapproche. Ce sont deux notions familières à Mathis Haug : l’éloignement de son Allemagne natale où sa grand mère lui chantait des chansons traditionnelles « …de la zigeuner musik, le blues des gens de l’est... » et sa mère qui passait sans cesse une cassette de blues : « ...je n’ai jamais su qui c’était, mais je me sentais bien en l’écoutant… ». Tous ces bluesmen lointains lui ont légué un vocabulaire... Le regard bleu derrière les lunettes devient un peu absent. La guitare installe un riff évident, sur laquelle vient se poser une voix étonnamment tranquille, ou plutôt apaisée. Cette sorte de musique dans laquelle on a envie de s’installer. Justement, la proximité est aussi une distance... » J.J. Milteau. Après le succès médiatique international rencontré avec son avant-dernier opus « Five » (Mathis & The mathematiks)et son précedent album « Playing my dues », Mathis Haug, jeune compositeur et interprète allemand installé en France depuis de nombreuses années, confirme qu’il est retourné puiser aux racines même de son inspiration : le folk et le blues.

Ce touche à tout bourré de talent semble avoir définitivement trouvé sa voie après avoir partagé sa vie entre ses deux pays de coeur et avoir développé quasiment autant de projets musicaux sur les deux territoires (Fanda BoomBoom, Mat Robert and The Space Foxes pour l’Allemagne, Spoonfull, Mathis and The Mathematiks, The Headcutters, et l’Orchestre Evariste Bouchardeau pour la France). Au fil du temps, Mathis s’est enrichi non seulement de l’ouverture culturelle et linguistique de ses origines (de plus, ses voisins de palier en France étaient… anglais !), mais également de l’expérience de ses nombreuses tournées avec The Mathematiks (durant lesquelles il a partagé l’affiche avec Moriarty, Jacques Higelin, Chris Whitley, Anis, Bjørn Berge…).

Ces dernières années, Mathis a également reçu à deux reprises le prix « Talent Jazz » au festival de Jazz à Vienne et s’est retrouvé sur scène (comme guitariste et chanteur) aux côtés d’Emily Loizeau sur sa récente tournée « Pays Sauvages ».

De sa rencontre avec J.J. Milteau est né « Distance », une aventure pour laquelle Mathis s’est entouré des remarquables multi-instrumentistes Stéphan Notari et Mike Lattrell. La trop méconnue saxophoniste Céline Bonacina, nommée aux Victoires du Jazz, apporte la chaleur de ses contrepoints et l’harmonica de J.J. apparaît discrètement, au détour d’une réalisation dédiée à favoriser la proximité avec Mathis et son univers spécifique. La justesse sobre des arrangements révèle une voix au grain atypique qui vous transperce l’âme et le coeur dès la première écoute.

Discographie
Les derniers messages du forum

Du johnny tout cash | R1 BIDEAU | 16 février 2012

concert 20/01 2011 nimes | claire coppez | 21 janvier 2012