Sue Foley est considérée comme l’une des toutes premières artistes de blues féminines dans le circuit, aujourd’hui. Canadienne, elle enregistre pourtant son premier album pour le mythique label américain et texan Antone’s record et fait tout de suite l’unanimité. Dans les années 90 elle sillonne les USA, le Canada et l’Europe avec sa telecaster et partage la scène avec des artistes tels que BB King, Buddy Guy, Lucinda Williams ou Tom Petty. Elle retourne ensuite au Canada où elle remporte le prestigieux Juno Award pour son album Love Coming Down.

Peter Karp est un songwriter, souvent comparé à John Hiatt et John Prine. Il excelle à exprimer les émotions de la vie avec humour et candeur à la fois. Pianiste et guitariste fortement influencé par Freddy King et Elmore James, Peter Karp résume assez bien la musique « roots » américaine contemporaine avec tout ce qu’elle a emprunté au blues et à la folk music.

“He Said She Said” a commencé par un simple échange de e-mails sur la route entre deux artistes. Puis les courriers sont devenus des chansons et les chansons, naturellement, ont suivi leur propre chemin pour aboutir à cet album surprenant qui raconte la chronique de l’évolution d’une relation entre deux interprètes et songwriters de grand talent.

Les letters commencent comme un échange classique entre deux artistes qui parlent de la solitude sur la route, de la souffrance d’être séparés des leurs et de leur maison, et surtout de leur amour inconditionnel de la musique. Mais peu à peu les lettres prennent un tour plus personnel et plus poignant.

Les chansons sont souvent simples et intimistes, parfois surprenantes, émouvantes et mêmes drôles. Leur diversité permet également d’explorer une large palette musicale selon que Sue et Peter jouent acoustique ou avec leur groupe électrique et, d’un titre à l’autre, la couleur passe du blues au folk en flirtant avec le jazz et même le flamenco… !   Comme a declaré Blues Revue aux Etats-Unis : “He Said She Said is a unique, daring idea beautifully executed by two talented, inspired artists unafraid to express themselves in songs of love, hope, longing, emptiness and frustration. A masterpiece.”

Pour conclure, il faut préciser que Sue, qui est canadienne, parle un peu le français, et qu’elle a tenu à offrir à son public hexagonal une version de trois des titres de l’album dans la langue de Molière (traduits par Roxanne Potvin) ; bonus audio complété par son homologue vidéo avec le clip de "Treat Me Right" (à regarder sur son ordinateur).

Discographie
Les derniers messages du forum

Talent ! | Bézu | 1er août 2010
avril 2015 en tournée en France | bobleponge | 14 mars 2015

He said she said | Jean Louis GROVEN | 13 juin 2010