La chanteuse afro-américaine DEMI EVANS présente son nouvel opus « MY AMERICA ». Sa large palette vocale (folk, blues, rock, jazz ...) héritée de la pratique des chants gospels de son enfance, est servie merveilleusement par les titres qu’elle a composés avec Fred Morisset (à l’exception de « Trouble in mind », standard légendaire du blues crée en 1926) et les arrangements de Jean-Michel Kajdan (guitariste et arrangeur de renom) qui signe également la co-réalisation de cet album avec Demi et Fred.

Demi Evans / Chant, basse Fred Morisset / Guitares Nicolas Noël / Claviers Dorothy Bailey / Basse Cédric Affre / Percussions

Avec sa voix grave, tonnante, Demi Evans s’est imposée d’emblée auprès de ceux qui ne jurent que par Aretha Franklin, Nina Simone, Carla Thomas ou encore Odetta, figures prééminentes des riches années soul, 60 et 70.

Originaire du Texas, issue du ghetto au nord de Dallas, élevée par sa grand-mère, Demetrice Evans est très tôt bercée par la musique : son père est pianiste dans l’orchestre de l’un des grands chanteurs de blues de l’époque, Bobby Bland. Sa grand-mère, qui a été danseuse de chorus line écume les clubs du quartier noir où Demi va croiser la route de plusieurs stars du Chiltin circuit, Johnnie Taylor en tête.

Elle s’installe ensuite, toujours avec Grandma, sur la Côte Ouest, à Los Angeles. Parallèlement, son physique atypique autant qu’attrayant lui permet de se lancer dans le mannequinat pour financer ses études de comédienne.

Elle arrive à New-York en 85 et c’est là qu’elle concrétise enfin son vœu le plus cher : chanter. Sa double casquette de mannequin et chanteuse la conduit ensuite en Europe où elle partage son temps entre les salons de Haute Couture et les clubs d’Outre Rhin.

De retour aux Etats Unis et sur les conseils de Stevie Wonder, Demi Evans trouve définitivement sa voie d’auteur-compositeur-interprète ... Elle reprend alors le chemin de l’Europe, fait étape à Paris et rencontre aux Duc des Lombards le batteur Paco Sery. L’aventure française commence... En 2000, elle croise son futur compagnon, Fred Morisset, ingénieur du son et guitariste. Ce dernier lui présente Jean-Jacques Milteau qui l’intègre immédiatement dans sa formation. L’harmoniciste le plus brillant de la planète blues l’encourage également à voler de ses propres ailes. Son 1er opus « Why do you run » révèle une véritable artiste, une interprète sensible et généreuse, mais aussi un "sacré tempérament" ...

Discographie
Les derniers messages du forum

ONE HEART GOSPEL | Lydie | 17 octobre 2012