Mystic Revelation of Rastafari

En 1947, Count Ossie Williams crée les Mystic Revelation of Rastafari pour faire perdurer la tradition (héritée des esclaves) des tambours du peuple noir de la Jamaïque et parce qu’il revendique les racines africaines de ce peuple. Très vite, Mystic Revelation of Rastafari devient l’expression musicale du nouveau mouvement rasta, malgré les persécutions infligées par la police et les militaires. Leur base, située à Rockfort (Kingston) devient une sorte de Mecque culturelle et le groupe collabore, entre autres, avec Duke Ellington, Nina Simone, Miriam Makeba, Archie Shepp, et Jimmy Cliff.

Brother Sam (Samuel Clayton), devenu le nouveau leader du groupe après la mort de Count Ossie en 1976 rappelle au peuple noir de Jamaïque son passé d’esclave (« Salutations de la confrérie Rastafari, toujours domiciliée dans l’ancienne plantation esclavagiste qu’est la Jamaïque ») et assure la pérennité et la continuité de ce groupe mythique qui existe maintenant depuis plus de cinquante ans.

La musique du groupe est à base de chants et de percussions, mais progressivement, dans les années 60, sous l’influence du Jazz et du Blues, il intègre des cuivres et la guitare basse. A partir de cette racine se sont formés ensuite le Ska et le Rock Steady, tous ces styles qui forment la base de ce qu’est le reggae aujourd’hui.

Leur message n’est ni revendicatif ni vindicatif, c’est une ode à leurs racines africaines, un chant humaniste, un rappel de la générosité et de la positivité de l’esprit original du mouvement Rasta.

Ecouter les Mystic Revelation of Rastafari, c’est comprendre et vivre l’histoire du Reggae.

Discographie