Dave Hole

Dave Hole est un pur autodidacte. Tout d’abord parce que les albums de blues sont quasi introuvables en Australie dans les années 60 et qu’il doit se contenter, dans un premier temps, de copier inlassablement Eric Clapton et Jimi Hendrix. Ensuite, parce que passionné par la slide guitar, il doit, suite à une fracture du petit doigt gauche lors d’un mach de foot, inventer pendant sa rééducation un doigté personnel avec le bottleneck (en enfilant celui-ci sur le majeur et en passant le bras gauche au-dessus du manche et non derrière) qu’il conservera par la suite et qui déterminera en partie le style si particulier et l’originalité de ce maniaque de la glisse.

Dave va ensuite tourner comme musicien professionnel en Australie pendant vingt ans avant d’enregistrer un premier album autoproduit à destination de ses fans dont une copie arrivera presque accidentellement sur le bureau de Bruce Iglauer (président d’Alligator records) via le directeur de Guitar Player aux USA. Dave Hole reste à ce jour le seul artiste non basé aux USA signé sur ce label depuis sa création.

Les critiques très chaleureuses permettent à Dave de développer sa carrière en Amérique et en Europe et beaucoup d’artistes ne restent pas insensibles à la musique de Dave. Ainsi Kirk Hammett (Metallica) cite Dave Hole comme l’un de ses guitaristes favoris, et Gary Moore l’a invité plusieurs fois à assurer sa première partie lors de ses tournées européennes, lui permettant par là même de se produire devant des salles de grande taille, voire des stades.

Voici donc le huitième album de ce prodige de la slide. Dave l’a enregistré chez lui à Perth, en Australie, au Northbridge Sound Studios. Comme d’habitude ça groove et ça glisse et on déguste les petites trouvailles guitaristiques que Dave parvient à glisser dans chacun des titres. Bravo l’artiste !

Discographie
Les derniers messages du forum

Rough Diamond | C.Ch | 10 août 2007

genial | 27 mai 2007