MUSIC MAKER – RELIEF FOUNDATION (THE LAST AND LOST BLUES SURVIVORS)

LA FONDATION QUI ENREGISTRE ET SOUTIENT LES DERNIERS SURVIVANTS DU BLUES ORIGINEL

Music Maker est un label Américain qui recherche, enregistre et aide à travers sa fondation les derniers représentants du blues originel. Il est approuvé et soutenu par des artistes (musiciens et acteurs) tels que Eric Clapton, B. B. King, Morgan Freeman, Taj Mahal, Pete Townshend, Bonnie Raitt…

Au lieu d’une nouvelle compilation des pères fondateurs, Music Maker nous offre une chance inespérée de recueillir le témoignage des derniers survivants d’une époque extrêmement créative, qui a profondément influencé la musique des années 20 jusqu’à nos jours. Tim Duffy (patron du label) a réussi là un travail quasiment historique et préservé une partie du patrimoine culturel de son pays.

CE QU’ILS EN DISENT :

ERIC CLAPTON : « Un projet fabuleux — la preuve que la musique que j’ai toujours aimée est plus que jamais vivante »

B. B. KING : « Je n’encouragerai jamais assez le public à découvrir la Music Maker Foundation et à écouter la musique qu’ils défendent et font revivre ! »

MORGAN FREEMAN : « Music Maker est un complément parfait au renouveau prometteur de la musique traditionnelle Américaine »

TAJ MAHAL : « Music Maker prouve clairement que les vrais musiciens de Blues sont loin d’avoir disparu… un hommage à l’originalité et à la création musicale de ces artistes.”

PETE TOWNSHEND : « Un travail respectueux et passionné sur le Blues, le tout regroupant une palette de vétérans sincères et méconnus ».

BONNIE RAITT : « Enfin un regard sur des musiciens et musiciennes de Blues oubliés. La Music Maker Relief Foundation et Music Maker font un travail surprenant… »

ROSANNE CASH : « Music Maker est un document essentiel pour la Musique traditionnelle Américaine. Le Blues vit à travers les voix de ces grands musiciens et le plaisir de la découverte est entier ».

MUSIC MAKER BLUES LABEL - LA MUSIQUE, LA FONDATION :

En 1995, Tim Duffy passe un après-midi avec Eric Clapton et lui parle de sa fondation (Music Maker). Ce jour là, Eric Clapton et Tim Duffy tapent le bœuf et quelque temps plus tard, Clapton se fendra de quelques lignes (il ne le fait quasiment jamais) pour présenter le label.

---------------------------------------------

Au début des années 1990, Les Duffy (Tim et sa femme Denise) ont crée la “nonprofit Music Maker Relief Foundation” pour soutenir les vieux Bluesmen du Sud des États Unis souvent confrontés à la précarité. La mission de la fondation est de leur procurer un toit, des médicaments, de la nourriture, et de leur redonner la possibilité de monter sur scène après (le plus souvent) de longues années d’oubli et d’inactivité.

Durant les quinze dernières années les Duffy ont aidé près d’une centaine de musiciens. Comme le dit Tim : « L’industrie du disque a généré des millions de dollars grâce au Blues et à l’influence qu’il a eu sur la musique depuis de nombreuses décennies, et ces artistes, ignorés aujourd’hui, ont été les grand exclus d’un Business devenu, au fil du temps, très lucratif. Il n’y a quasiment aucun style musical aujourd’hui qui puisse prétendre n’avoir aucun lien avec le Blues. »

Tim poursuit : « Tout le monde pensait que ces gens n’existaient plus, mais quand j’ai écouté jouer “Guitar Gabriel” Jones à Winston-Salem, je me suis aperçu que c’était une erreur ! » C’est après cette rencontre que Tim Duffy crée le label Music Maker et devient le manager de Guitar Gabriel.

Au sein de la fondation et du label, chaque artiste est un roman et une mémoire historique du Blues à lui tout seul :

Guitar Gabriel a rencontré les légendaires Blind Boy Fuller et le Révérend Gary Davis quand il avait dix ans. Décédé le 2 avril 1996, au moment où il accédait enfin à la reconnaissance, il aura été et reste encore le “mentor” de la fondation.

Frank Edwards a appris la musique dans les rues avec Tampa Red. Ami de Blind Willie McTell et de Buddy Moss, il immortalisa certains de ces titres sur les labels Okeh, Regal et Trix.

George Higgs est né en 1930 à Edgecombe County en Caroline du nord. C’est là qu’il rencontre le musicien et guérisseur Peg Leg Sam qui se produit pendant la saison du marché au tabac et l’initie à l’harmonica.

A quatre ans, Etta Baker, née à Morganton, Caroline du Nord en 1913 a déjà une guitare entre les mains. Contemporaine d’Elizabeth Cotton, Taj Mahal la considère comme une référence incontournable. C’est lui qui joue du violon sur le titre d’Etta qui figure sur la compilation.

Drink Small déclare « On m’appelle le “Blues doctor” parce que je joue tous les styles, bottleneck, ragtime, Piedmont Blues, Chicago Blues. J’ai commencé la musique à 11 ans, j’ai joué à l’Apollo avec the Spiritualaires et j’ai tourné avec Sam Cooke et the Staple Singers ».

Mr. Q est né en 1913. Pianiste autodidacte, son toucher rappelle Art Tatum, Earl Hines et Oscar Peterson. Il fit sa réputation à Harlem en jouant régulièrement au Savoy club.

Personne ne préparait la gnôle, ne coupait le bois ou ne jouait de l’harmonica comme le regretté Neal Pattman, mort d’une longue maladie le 4 Mai 2005. Ce natif d’Athens, Georgia, dont le bras droit fut arraché par un wagon de marchandises à l’âge de neuf ans, joua le Blues jusqu’à son dernier souffle.

Preston Fulp de Walnut Cove, Caroline du Nord, lorsqu’il ne travaillait pas à la scierie, jouait la musique de Uncle Dave Macon et de la Carter Family. 4,50 $ pour le job et parfois jusqu’à 100 $ pour les gigs dans les ventes aux enchères. “Je ne me suis jamais considéré comme un musicien” déclare Preston en éclatant de rire.

Pura Fe’ appartient à la tribu Tuscarora de la Nation Indienne en Caroline du Nord et a beaucoup à dire sur l’influence des premiers Américains sur l’origine du Blues. “Mon peuple a souvent été discrédité et son influence rarement reconnue. Charley Patton, l’un des premiers rois du Blues est d’origine Choctaw, Scrapper Blackwell est Cherokee, Jimi Hendrix, Don Cherry, Duke Ellington, Thelonius Monk, Lina Horne, Little Richard, Tina Turner, Chaka Khan… Tous ces artistes ont exprimé à travers leur musique, leur appartenance à la nation Indienne.”

Jack Owens (1904-1997) a travaillé toute sa vie comme fermier dans le village de Bentonia, Mississippi, où il tenait un juke joint tout les week-ends dans sa propre bâtisse. Alan Lomax, après lui avoir rendu visite, l’encourage à se produire sur scène. Il part pour le festival d’Utrecht en Hollande, mais se fait arrêter à l’aéroport, motif : un calibre coincé dans la botte ! Il prendra l’avion malgré tout et fera le concert.

Mother Marie Manning (née en 1934) est la femme du Pasteur Dready Manning qui officie à Holiness Church. Ancien Bluesman il s’est tourné rapidement vers le Gospel. Marie Manning est très apprécie comme chanteuse de traditionnels.

Jerry "Boogie" McCain est l’un des harmonicistes d’après guerre (encore vivant) les plus connus. Né en 1930 à Gadsden, Alabama, Jerry a travaillé son harmonica sur les vinyls du vieux juke-box du stand de barbecue de son père, the Green Front Cafe.

Captain Luke a vu le jour à Greenville, Caroline du Sud en 1926. Luke est un étrange et savant mélange de Satchmo par le swing et de Dean Martin pour la chaleur du timbre crooner.

Disparu récemment, Cootie Stark était l’un des derniers authentiques guitariste/chanteurs de Piedmont blues. Il avait peaufiné son style au contact de légendes telles que Baby Tate, Pink Anderson, Walter Phelps, Peg Leg Sam et Blind Sammy Doolie. Cootie Stark possédait un immense répertoire de titres de Blues et de Gospel.

Né sur les bords du Mississippi et élevé en Georgie, Mudcat fait l’école buissonnière pour découvrir le Blues dans les rues de New York. Il apprend beaucoup aux côtés des artistes Music Maker tels Cootie Stark, Frank Edwards et Cora Mae Bryant. Slider à la voix pleine d’émotion, il participe de façon active à la fondation depuis de nombreuses années.

Sol rencontre “Guitar Gabriel” à l’age de 11 ans. Il sillonne souvent le Sud profond avec Tim Duffy, et aime à rencontrer et découvrir tous ces artistes qui sont la mémoire vivante du Blues. Il apporte ici sa vision, résolument moderne, d’une musique immortelle.

Music Maker nous invite à un incroyable voyage dans la mémoire vivante du Blues.

Discographie
Les derniers messages du forum

L’ AME DU BLUES | la musaraigne | 20 octobre 2009

Recherche | BEN | 13 juillet 2008

INFO SUR SOL | Pascal | 25 janvier 2007

thanks... | Serge Corrieras | 1er décembre 2005